Science-fiction

La nébuleuse d’Héra

Couv-Nebuleuse-immat-210x300

Présentation

Année 3602, dans un univers comprenant de multiples espèces et de nombreuses planètes…

Kendalh fait partie de la race « supérieure » homogène. Son code génétique ne doit rien au hasard puisqu’elle a été créée en laboratoire selon les critères sélectionnés par ses parents. Scientifique de formation, grâce à la technique du clonage, Kendalh ramène à la vie des animaux disparus sous l’ère terristorique, époque durant laquelle la Terre était encore habitable.

Après une année de stage passée sur une installation spatiale, il est temps pour elle de rejoindre la planète Héra. À l’approche de sa cité, son vaisseau chavire brusquement et va se poser en catastrophe dans un territoire hostile. Lorsque des créatures impitoyables les pourchassent, Kendalh et son ami Mé-Boh, un être mi-homme mi-loup, sont miraculeusement sauvés par un humain possédant des cristaux aux pouvoirs incommensurables : les légendaires gulabis.

(Editions Evidence – mai 2017)

Ce que j’en ai pensé

Je ne sais pas par quel bout commencer tant ce livre m’a envahie tout au long de ma lecture. Une vraie drogue ! Je lisais matin, midi et soir, au point d’avoir failli, à plusieurs reprises, louper des rendez-vous !

Je vais essayer d’organiser mon propos ! Commençons par le monde créé. Pfiou, alors là, je dis chapeau à l’auteure. Elle sait inspirée bien entendu d’éléments que nous connaissons mais elle a réussi à créer un monde complet, complexe, avec une histoire bien construite et cohérente. Un monde fait de planètes ayant toutes leurs caractéristiques mais étant toutes liés les unes aux autres par leur population, leur histoire et leurs richesses (entendez par là, richesses à exploiter).

Les personnages sont super attachants (et pour ceux qui me suivent, vous savez à quel point c’est important pour moi de pouvoir m’attacher aux personnages !). Il y a bien entendu Kendahl, jeune scientifique homogène qui se pose beaucoup de questions (les bonnes questions…) sur les différences entre homogènes et humains mais surtout leurs similitudes. Il y a Mé-boh son ami fidèle, toujours là pour l’aider. Abigail, mais là, je vous laisserais découvrir qui c’est (j’ai adoré Abigail !). Il y a également les humains, Rajan Kan, Magnus, Cassandre, Morgause, Nandini, Riah, tous avec leur histoire qui a déterminé leur choix de vie et les choix qu’ils feront au cours de ce premier tome. Il a également les personnages que vous adorerez détester : Lady Marlyse, Amir Cloony, Eloisy…

Quant à l’histoire, j’ai été soufflée. On suit plusieurs histoires à la fois. Au début, cela peut sembler décousu. Mais tout se tient, car tout prend sens au fur et à mesure que l’on avance dans ce roman addictif.

Je pourrais vous en mettre des pages et des pages, mais franchement, le mieux, c’est que vous le lisiez !

 

Extrait (pris au hasard) : « Dans la salle d’embarquement, les vaisseaux assemblés dans des niches ressemblaient à des ours en hibernation. Des humanoïdes nettoyaient leurs coques déjà rutilantes, sous l’œil inquisiteur d’un agent d’entretien. La structure alvéolée de l’immense hall donnait le vertige. Kendahl emprunta l’ascenseur panoramique pour rejoindre la plateforme 2 où patientaient les scientifiques de sa promotion. » (page 1 du chapitre 5)

Merci aux éditionsprestashop-logo-1474234359 pour ce service de presse.

Source : fiche du livre sur le site des éditions Evidence

Publicités

6 commentaires sur “La nébuleuse d’Héra

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s