Science-fiction

1 et 1 font 11

1-et-1-font-11

Présentation

En 1969, à la suite des Américains, les Russes viennent de se poser sur la Lune. Cet événement, pourtant sensationnel au niveau mondial, en masque d’autres, totalement inconnus du public, mais que le photoreporter André Sonniant va découvrir.

Car André a une particularité qui passionne les services secrets mondiaux. Depuis l’attaque du Vercors par les nazis en 1944, il garde d’étonnantes marques sur son bras gauche. Au creux du coude et du poignet brillent des écailles qui n’ont rien d’humain. À ce jour, nul n’en a percé le secret, mais c’est à cause d’elles et d’étranges vaisseaux aperçus en plusieurs endroits de la planète qu’il est recontacté cette année-là. Quel lien peut-il y avoir entre eux et ces écailles ? Qui est cet être nommé « l’O » ?

(L’ivre-book – juin 2017)

Ce que j’en ai pensé

En pleine période science-fiction / fantastique, je me suis régalée avec ce court roman qui m’a replongé dans mes rêves d’enfance : « les extra-terrestres existent, ils nous observent… ». Bon j’avoue, j’espère toujours :D.

Dans ce roman, nous suivons André Sonniant qui a fait une rencontre pour le moins étonnante lorsqu’il était enfant. Depuis, il a attendu, espéré un signe.  Des événements vont lui permettre de renouer avec ce passé et de comprendre ce qui lui est arrivé. André trouvera réponse à ses questions mais à quel prix ?

J’ai beaucoup aimé cette novella. J’ai aimé accompagner André dans ses recherches, ses questionnements. On ressent à quel point cette rencontre a façonné sa vie et qu’une nouvelle rencontre lui permettrait de clore ce chapitre de sa vie. On comprend également l’enjeu militaire et géopolitique d’un tel contact. André n’est pas le seul à vouloir entrer en contact avec ces extra-terrestres.

Même si vous n’êtes pas férus de science-fiction, je vous conseille ce livre qui fait voyager dans le temps.

Extrait : « Des débris avaient, malgré tout, été recueillis, analysés, étudiés sous toutes les coutures à la base. Mais je n’ai constaté aucun détail révélateur. Rien. Les traces, les débris d’objets ne m’avaient pas interpellé. Mes écailles n’avaient pas réagi; je n’avais pas émis de lumière, n’étais pas tombé en transe ni quoi que ce fût d’autre, au grand dam des spécialistes. » (page 83 version Kobo pour Android).

Merci aux éditions head-logopour ce service de presse.

Source : fiche du livre sur le site L’ivre-book

Publicités

2 commentaires sur “1 et 1 font 11

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s